Cette stratégie a été découverte un peu par hasard mais il suffit de l’appliquer pour qu’elle fonctionne. Permettez moi de vous expliquer comment cela fonctionne.

Imaginons que vous avez créé un logiciel (ou fait créer par un programmeur) qui permet de générer un rapport en PDF en regroupant automatiquement des informations très dispersées et non structurées.

Immédiatement après, vous avez créé un guide expliquant comment on rassemble manuellement toutes ces informations dans un PDF et vous le distribuez avec les droits de revente. Donc une personne peut vendre ce guide et garder tous les bénéfices de la vente. (Le viral, votre ami…).

Ce rapport enseigne aux gens comment faire un travail très utile, comment trouver l’information, où et comment le synthétiser dans un PDF (un peu rébarbatif), c’est ce que la lettre de vente annoncera, personne ne sait à ce moment qu’il y a une seconde partie, ce sera important pour la suite.

En bonus non annoncé, vous distribuez gratuitement un tutoriel complet sur l’emploi de votre logiciel, avec copies d’écran, trucs et astuces avec le lien pour le commander.

Maintenant, réfléchissez : le client a acheté un cours pour apprendre à faire un travail très utile mais ennuyant, de quoi il a besoin maintenant pour appliquer ce qu’il vient d’apprendre ?

Il a besoin de votre logiciel !

Le lecteur y trouve son compte car il apprend des informations qu’il estime à forte valeur et sans devoir acheter autre chose, il peut utiliser l’information pour accomplir quelque chose, c’est le côté « utile » mais …

… l’information peut être améliorée par une ressource complémentaire comme un rapport détaillé, un logiciel, un service ou un programme de coaching (votre site de membres).

Si vous avez par exemple créé un guide appelé « Comment faire 1000 euros par mois avec un répondeur automatique » qui explique étape par étape le processus, ce serait la partie utile.

Mais que manque t’il ?

Un service d’auto-répondeur !
C’est ce service que vous allez recommander pour la partie « …mais incomplète »

Si vous créez un rapport « 5 façons de sauver votre mariage » (la partie « utile »), vous pourriez vendre ensuite un site de membres intitulé « 101 façons de sauver votre mariage« .

Maintenant, revenons à quelque chose de très important, toujours donner au client ce que vous promettez. La stratégie « Utile mais incomplet » n’est pas destinée à tromper le client et lui donner de la mauvaise qualité en premier ressort ou des informations partielles pour lui vendre ensuite un produit, il n’est pas dupe et si il ressent qu’il entre dans un cycle sans fin où il doit toujours acheter quelque chose pour continuer son chemin, il aura vite fait de ne plus donner de nouvelles avec un sentiment désagréable vis à vis de vous.

Au contraire, la première partie doit être un partage d’informations uniques, très utiles et surtout autonomes et pas un sous produit destiné à l’achat d’un produit plus complet.
Ne jamais retenir des informations dans le but de faire un second produit, imaginez un vendeur de voiture qui vous vend une voiture sans volant !

Il y a toujours de très bons moyens d’appliquer cette stratégie sans pour autant sacrifier quoique ce soit.

De façon subtile, aucune mention « acheter achetez » mais plutôt des références sporadiques dans le texte de votre contenu.

Par exemple : … personnellement j’utilise xyz … si vous n’en avez pas, voici celui que je recommande … vous pouvez même tout automatiser avec xyz…

Parlez du sujet à fond et ensuite parlez d’une ressource qui correspond parfaitement à ce sujet.

D’ailleurs ne mentionnez pas le produit à tout bout de champs, si vous avez plusieurs contenus, parfois citez le produit, parfois non, ne soyez pas intrusif.

Regardez ce qui se passe dans notre monde du marketing francophone, le marketeur, Olivier, Cyrille, Matthias … tous ‘offrent’ des séminaires en vidéos bourrées de contenus très intéressants. A la fin de ces vidéos, on pourrait même dire « Merci pour tout » et appliquer ce que vous avez apprit lors de ces vidéos pour immédiatement constater un succès. Après ces vidéos, ils proposent en général un coaching, des services payants qui viendront compléter ces informations.

Si vous avez appliqué les informations des séminaires et des vidéos en constatant une amélioration de vos résultats, vous êtes heureux, et surtout enclin à prendre la formation proposée car dans votre esprit, le bon résultat obtenu par ces informations ne peut que s’améliorer avec le programme de coaching proposé !

et vous, avez vous une stratégie « utile mais incomplet » ??

But du jour : créez votre « utile mais incomplet »

 

9 réponses à to “La stratégie « utile mais incomplet »”

  • Michel:

    Je suis tout à fait d’accord avec toi Patrick, il ne faut pas proposer quelque chose de « tronqué ». On voit trop souvent des gens utiliser les droits de label privé (ebook + rapport + emails etc. clef en main), en mettant un auto-repondeur qui « offre » un rapport qui n’est en fait que les 14 premières pages d’un ebook à vendre.
    Un rapport n’est pas vraiment un extrait d’un ebook normalement… celui qui donne son email se retrouve forcément « dupé »…

    En tout cas proposer un produit « presque » complet est une bonne chose… si il est de qualité le passage au paiement me parait aisé!

    Bravo pour ce nouvel article! Beau boulot encore!

  • Patrick:

    Bonsoir Michel,
    Fidèle au poste :)

    je pense aussi qu’il faut en donner plus, retravailler par exemple le premier chapitre si il contient déjà de très bonnes informations, la table des matières l’idéal étant de mixer plusieurs DLP ou encore le top, faire son propre produit.

    Amitié
    Patrick

  • Michel:

    Bonjour Patrick,

    Même si des fois je ne réagis pas tout de suite, je ne manque pas une minute chaque nouveau message du blog!

    Je pense que les DLP sont une excellente chose, pour un site de membre ou même en proposition d’ebook complet. Mais les gens oublient que les acheteurs comparent et sélectionnes ce qu’ils achètent. D’ailleurs je lisais récemment un article dans un magazine (Capital il me semble), qui expliquait que depuis qu’internet se développe énormément les clients avaient tendance à mieux connaitre les caractéristiques des produits que les vendeurs…
    Bref, si un site propose uniquement un site de membre ou un « rapport » avec un produit de DLP « brut » il y a fort a parier que l’acheter ira là où c’est moins cher… voir même se désintéresse du produit s’il découvre 15 sites avec le même texte, les mêmes photos etc.

    En bref (et pour pas polluer cet article), tu as raison il faut proposer un produit fini et complet en cadeau… et différent. Pour la formation pareil, il faut mettre sa touche, des images originale etc.

    D’ailleurs pour les images est-ce que tu as des conseils? ça pourrait peut-être faire l’objet d’un article?

    Encore merci Patrick pour ton blog,

    Amicalement,

    Michel

  • Patrick:

    Bonjour Michel,

    Tu as raison, les internautes sont de plus en plus sollicité avec les mêmes produits et sont donc parfaitement informés, il faut vraiment changer entièrement le visuel et travailler un peu sur le contenu, ajouter des liens, des recherches personnelles et aussi mixer plusieurs produits en DLP. Une bonne idée est aussi d’en faire un produit en vidéo, bref une offre unique, étant le seul vendeur de cette formule, tu as la primeur du ‘produit’ et peu voir pas du tout de concurrence. Il faut même changer l’accroche, je sais que c’est le plus dur, mais avec la même accroche et un produit totalement différent, l’internaute pensera que c’est le même produit que tout le monde.

    Pour les images, je ne sais pas si on peut en faire un article complet car je ne chipote pas, je vais sur fotolia (http://objectifweb.be/fotolia), les images coûte entre 1 et quelques euros et cela évite beaucoup de problème. Il y a quelques semaines, un ami s’est vu recevoir une facture de 726 euros pour avoir utilisé une image simple qu’il avait trouvé sur un site et utilisé sans rien dire à personne, cela fait cher la photo pourtant très innocente !

    Fotolia propose également une application à installer sur le pc qui permet de consulter leur catalogue et d’y acheter les photos directement, il propose également un programme d’affiliation.
    Il existe aussi d’autres sites payants ou gratuits mais finalement, c’est toujours chez fotolia que je retrouve ce dont j’ai besoin. Sinon il suffit de faire une recherche sur google avec « banque photos »

    Merci de ta visite
    Amitié
    Patrick

  • Bonjour Patrick,

    Merci pour cet article très instructif et fort bien expliqué !
    Quand on débute et sans personne pour nous conseiller, on a
    tendance, justement, à tomber dans le piège !
    Peut-être par peur de se faire avoir, d’en donner tellement
    que plus personne n’ai besoin d’acheter ? Ou pas assez malin
    pour amener le prospect, là, où on veut qu’il aille et ceci tout en finesse
    et subtilité …
    Cet article va mettre très utile, d’ailleurs, il me semble avoir lu
    quelque chose qui a trait au logiciel mentionné au début (soi-disant imaginé).
    Un professeur ou un scientifique, je ne sais plus, été capable, grâce
    à un logiciel créé par et pour lui, d’écrire des livres sous forme d’ebook.
    Il lui suffisait de choisir un thème précis (et ceci dans n’importe quel domaine) et de lancer le logiciel. Celui-ci partait à la pêche aux informations sur tout le net et au bout de quelques minutes le livre
    était fait ! Une simple relecture, pour vérifier la pertinence ou la cohérence, et tout été plié, prêt à être exploité. Alors, maintenant,
    ce logiciel existe-t-il vraiment ou sort-il tout droit de l’imagination
    de l’auteur de l’article qui en parlait ? Ça, je ne saurais le dire …

    Cordialement,
    Noellitto

  • Patrick:

    Bonjour Nancy,
    Merci de ta visite et ton appréciation.

    je lis souvent qu’il ne faut pas avoir peur de donner, même beaucoup. Si tu as aidé cette personne, elle va revenir sur ton site pour d’autres informations, elle va aussi avoir beaucoup de sympathie, de confiance et finira un jour par t’acheter quelque chose. Comme elle sera probablement inscrite sur ta liste, quand tu auras une offre commerciale à proposer, elle sera la bienvenue pour autant qu’elle lui soit utile. Il faut toujours donner avant de recevoir.

    Le logiciel annoncé dans l’article était imaginaire mais il n’est pas impossible qu’il existe. D’ailleurs j’utilise Market Samouraï pour faire mes études de marché et une fonction est d’aller à la pêche au contenu mais je ne suis pas certain que cela soit une bonne idée car si le logiciel parvient à trouver ce contenu, l’internaute aussi, et tu te retrouves alors avec un produit payant que tout le monde pourrait trouver son contenu gratuitement, il se peut que tu reçoives alors quelques lettres d’insultes :)

    Par contre, cela pourrait être une bonne base pour travailler le contenu afin de personnaliser le résultat final

    Patrick

  • [...] Sites de membres Vendez votre savoir et vos expériences « La stratégie « utile mais incomplet » [...]

  • Bonjour Patrick
    Merci pour cet article fort pertinent (comme toujours…).

    En fait, il me semble qu’il y ait 2 écoles :
    1- Ceux qui prennent le sommaire et le (ou les) premier(s) chapitre(s) et en font un ebook-rapport (cas de la plupart des DLP d’ailleurs) et…
    2- Ceux qui y rajoute des bonus.

    Pour ma part, je pense que ce qu’on appelle un « rapport » devrait être un « produit » à part entière et, comme dit dans les commentaires, avec de la vraie valeur ajoutée.

    Bien sûr, cela nécessite de ré-écrire un peu, voire de retravailler les visuels, mais le jeu en vaut la chandelle. Notre offre, que ce soit un produit ou un rapport, doit absolument être unique si l’on veut réussir.

    Merci pour ton blog Patrick.

    Amicalement,
    Tarik H.

  • Patrick:

    Bonsoir Tarik,
    Merci de ta visite…

    Effectivement, on dit « n’offre pas un produit que tu ne pourrais vendre » :)

    Patrick

Laisser un commentaire